Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
marredengraisserlessupermarches.over-blog.com

Macarons abîmés, vendeurs à bout : les coulisses d’une boutique Ladurée

La première fois que je suis entrée dans un salon de thé Ladurée, c’était celui de l’avenue des Champs-Elysées, à Paris. Je cherchais mon tout premier job : ça me paraissait improbable mais on m’a proposé non pas un contrat saisonnier mais un CDI. Dès la semaine suivante, je commençais à la vente à emporter. C’était il y a plus de cinq ans. 

J’ai eu droit à mon uniforme (celui dessiné par Chantal Thomas), j’ai appris comment le porter, comment nouer mon nœud, me tenir droite et souriante, éviter les bijoux, avoir un maquillage discret… Tout ce qui faisait de nous les ambassadeurs fiers de la marque.

Je me devais de connaître la composition de toutes les pâtisseries, viennoiseries et macarons pour conseiller au mieux les clients : je devais donc les goûter et surtout bien repérer ceux qui avaient de la gélatine de porc, de l’alcool, une crème à base de beurre ou de lait, s’il y avait du gluten... Toujours pour prendre soin du client.

On m’a appris à choisir les contenants adéquats au nombre de macarons désirés, les rubans assortis, comment placer les macarons dans la boîte – à l’époque ils étaient encore vendus au poids, ce qui ne contraignait pas le client à en acheter toujours plus et pour plus cher.

Les macarons nous venaient du labo pâtisserie au jour le jour ; au pire on récupérait ceux de la veille qui étaient vendus dans l’heure... Tout ça, c’était la bonne époque.

http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/08/13/macarons-abimes-vendeurs-bout-les-coulisses-dune-boutique-laduree-233799 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article